Quelles inspirations ?

Après mon premier article expliquant pourquoi je me lançais dans la création d’un jeu de rôles amateur de science-fiction, voici venu le moment de vous parler des inspirations qui sous-tendent ma création

La première (et la principale) d’entre elles est la (nouvelle) série Battlestar Galactica, en quatre saisons et quelques films (dispensables). « Nouvelle » car il existe une série dans le même univers qui date des années 1970, que je n’ai pas vu (mais qui est dans ma longue liste de séries à voir).

Série de science-fiction en quatre saisons, principale inspiration d’Étoiles Lointaines.
Série de science-fiction en quatre saisons, principale inspiration d’Étoiles Lointaines.

Même s’il s’agit d’un avis purement subjectif, c’est pour moi la meilleure série que j’ai jamais vue, toutes catégories confondues. Je ne vais pas en faire une longue critique ici, ça n’est pas le sujet de cet article, mais retenez malgré tout que l’intérêt de cette série repose presque intégralement sur ses personnages et leurs multiples interactions, ainsi que sur le concept de destinée. Le cadre de science-fiction ne sert finalement que de catalyseur à tout le reste.

Donc, pour en revenir à nos moutons (dont les androïdes rêvent régulièrement, ça n’est pas moi qui le dit), qu’est ce que j’ai repris de Battlestar Galactica dans mon jeu ? Tout d’abord, le côté « réaliste » : hormis quelques points (dont les voyages PRL – Plus Rapides que la Lumière), le niveau technologique de la série est assez proche du nôtre, ce qui facilite (à mon sens) une certaine immersion des joueurs dans l’univers. Ensuite, le principe de tout centrer sur les personnage-joueurs et sur leurs interactions avec leur environnement, ce qui est plutôt classique dans ce média. Pour finir, le contexte colonial et l’organisation politique, assez proche (une fois de plus) de la nôtre pour faciliter la compréhension, l’identification et l’appropriation du contexte par les joueurs. J’ai par contre totalement délaissé la composante religieuse qui est assez prégnante dans la série, même si Étoiles Lointaines n’est pas totalement exempte de mysticisme.

Enfin, j’ai toujours été influencé par l’ambiance qui se dégage des films Aliens, notamment le premier.

L'ambiance de ce film est exceptionnelle, à voir absolument même s'il commence à dater.
L’ambiance de ce film est exceptionnelle, à voir absolument même s’il commence à dater.

Mon objectif pour Étoiles Lointaines peut se résumer à cette phrase : miser sur l’ambiance avant tout. C’est une constante chez moi : je préfère limiter fortement le nombre de combats et faire en sorte qu’ils aient une vraie portée dramatique, qu’ils apportent quelque chose à l’histoire. Par contre, pas de créature baveuse à l’instinct prédateur exacerbé chez moi, merci circulez il n’y a rien à voir !

Très bonne série de romans de space-opéra "réaliste".
Très bonne série de romans de space-opéra « réaliste ».

Du côté des inspirations littéraires, j’ai lu il n’y a pas très longtemps la première série de l’univers « La Flotte Perdue » de John G. Hemry (alias Jack Campbell) : composée de six romans, elle se focalise sur la survie d’une flotte spatiale perdue derrière les lignes ennemies, et sur son retour à la maison.

Bien que fortement militarisés (après tout, l’auteur est un ancien officier de marine de l’US Navy), ces romans sont très intéressants notamment dans le traitement « réaliste » des combats spatiaux : il s’agit là d’une forte inspiration pour Étoiles Lointaines, même si j’ai souhaité trouver un juste milieu entre la simulation et l’intérêt ludique (rassurez-vous, la balance penche plus du deuxième côté !).

Je n’ai pas encore réussi à mettre la main sur les autres séries de cet univers, mais s’ils sont du même acabit, cela promet de nombreuses heures de lecture ainsi que de nouvelles inspirations pour mon jeu.

Ceci achève cet article sur mes principales inspirations. Le prochain exposera le système de jeu choisi pour Étoiles Lointaines ainsi que le (très long) chemin qui m’a conduit à cette décision.

Crédits : les images utilisées dans cet article sont la propriété respectives de leurs auteurs dont le travail est visible en suivant les liens fournis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *