La station Destiny

Je viens de lancer au sein de mon association de joyeux lurons une campagne ouverte du jeu du Grumph « Le Métal Froid des  Anneaux de Cerbère », jeu de rôle auto-édité disponible ici.

Je cite directement le pitch de l’auteur pour plus de facilité :

Le métal froid des anneaux de Cerbère est un jeu d’action, de diplomatie, d’enquêtes policières et de science-fiction.

Les personnages sont membres des services de sécurité d’une station spatiale de très grande taille où se croisent bon nombre de voyageurs, de diplomates, de marchands, d’ouvriers, de militaires et de scientifiques. Autant dire que le désordre est constant et les crimes fréquents – avec leur lot de complots et d’intrigues, d’enquêtes difficiles, de crises diplomatiques inévitables et de bagarres confinées.

Ce livre vous propose, en dehors des classiques mécaniques de création de personnage et de résolution des actions, de nombreux outils et conseils pour créer une station spatiale, la peupler et la décrire, et y développer les intrigues criminelles tordues qu’il appartiendra aux joueurs de démêler.

La première partie a consisté à créer de manière collective la station spatiale et son environnement. Je vous laisse découvrir ci-dessous le résultat de nos cogitations, sous forme de questions / réponses (ce qui est la méthode préconisée par l’ouvrage). Toutes les images sont tirées de l’ouvrage nanoDex (du même auteur), également disponible au même endroit.

Où se situe la station ?

La station se situe en lisière du nuage d’Oort du système solaire, à environ 50 000 UA du Soleil, à proximité du premier trou de ver jamais trouvé par l’humanité.

Dans quel contexte a été construit la station ?

Il s’agit de la dernière station construite au sein du système solaire, mise en service il y a 50 ans en 2156 : d’autres stations plus anciennes et globalement mal entretenues existent à plusieurs endroits clefs du système, mais celle-ci possède un rôle très particulier qui est détaillé plus bas.

Quel est l’aspect physique de la station ?

Cinquante années ont laissé leur marque sur la superstructure : initialement au top niveau technologique, son état général laisse à désirer et de nombreux points faibles parsèment ses coursives.

Construite dans un astéroïde naturellement excavé, son architecture générale est totalement anarchique. En effet, son rôle initial était de servir d’avant-poste scientifique de l’OSNU (l’Organisation Spatiale des Nations Unies) pour étudier l’extérieur du système solaire : aujourd’hui, elle sert de lieu de passage pour les colons qui partent vers les Colonies et abrite un peu plus de 100 000 âmes.

Quel est le niveau technologique de la station et de l’époque de jeu ?

Dans les années 2100, les premières IA furent créées. L’une d’entre elles fut responsable du fiasco que l’on nomme « l’Erreur » dans les livres contemporains d’histoire : en 2136, une première tentative d’implantation d’une station aux mêmes coordonnées que l’actuelle fut tentée, mais elle échoua lamentablement à cause d’une action de l’IA en charge. Elle provoqua volontairement (pour une raison encore inconnue à ce jour) la destruction de la flotte de construction ainsi que de ses milliers de membres d’équipage. Suite à cet évident dysfonctionnement, il fut décidé par l’OSNU un moratoire sur les IA. Toutes celles en fonctionnement furent éteintes et l’interdiction formelle d’en créer de nouvelles fut inscrit dans la CAM (Convention Pour Un Avenir Meilleur) ratifiée par tous les états membres en 2137.

La médecine, de son côté, a évolué de telle manière qu’il est maintenant possible de cloner des membres et des organes pour remplacer ceux qui sont défectueux ou détruits lors d’accidents. Bien entendu, il s’agit de procédures longues et extrêmement coûteuses réservées à une élite : les classes moyennes et les pauvres doivent se contenter de prothèses cybernétiques de plus ou moins bonne qualité.

Asclepia, corporation spécialisée dans le clonage médical.

La technologie de propulsion spatiale a grandement évolué (même s’il est toujours impossible d’envisager franchir les immensités de vide séparant les système stellaires). Le carburant principal utilisé par les moteurs est l’antimatière, fabriqué par des usines sises en orbite autour de Jupiter. Ces industries appartiennent toutes à la corporation Tokamak Energy.

Tokamak Energy possède la plupart des raffineries d’antimatière.

Cette technologie permet aux plus rapides des vaisseaux d’atteindre une vitesse de 0,5c, soit la moitié de celle de la lumière. Malgré cette vélocité élevée, il faut environ 1,5 année pour rallier la station depuis la Terre : les voyages ne sont donc pas si nombreux que cela. De plus, à cette vitesse, il faut également prendre en compte la dilatation temporelle (certes faible mais perceptible) : si un vaisseau voyage pendant 1 an à 0,5c, le temps relatif de ce voyage sera en réalité d’environ 1 an et 57 jours. Il se sera écoulé plus de temps en dehors du vaisseau qu’à l’intérieur.

La liste suivante indique les facteurs de dilatation temporelle pour toutes les vitesses utilisées par les vaisseaux spatiaux actuels, calculés grâce à cet outil.

  • 0,1c soit environ  29 979 km/s : 1,005 (environ 2 jours pour 1 an de voyage). A cette vitesse, il faut 2 896 jours théoriques pour rejoindre la station depuis la Terre, soit environ 8 années.
  • 0,2c soit environ  59 959 km/s : 1,021 (environ 8 jours pour 1 an de voyage). A cette vitesse, il faut 1 448 jours théoriques pour rejoindre la station depuis la Terre, soit environ 4 années.
  • 0,3c soit environ 89 938 km/s : 1,048 (environ 18 jours pour 1 an de voyage). A cette vitesse, il faut 965 jours théoriques pour rejoindre la station depuis la Terre, soit environ 2,6 années.
  • 0,4c soit environ  119 917 km/s : 1,091 (environ 33 jours pour 1 an de voyage). A cette vitesse, il faut 724 jours théoriques pour rejoindre la station depuis la Terre, soit environ 2 années.
  • 0,5c soit environ  149 896 km/s : 1,155 (environ 57 jours pour 1 an de voyage). A cette vitesse, il faut 579 jours théoriques pour rejoindre la station depuis la Terre, soit environ 1,5 année.

A contrario, les communications voyagent à la vitesse de la lumière. Cela implique tout de même un temps de latence d’environ 289 jours entre l’émission d’un message depuis la station et sa réception par la Terre (et vice-versa).

Qui contrôle la station ?

La station est contrôlée par un Gouverneur choisi parmi une liste de candidats déterminés par l’OSNU pour un mandat de 10 ans. Celui-ci s’appuie sur une dizaine de Conseillers, chacun en charge d’un domaine spécifique de la station : leurs mandats sont également de 10 ans, leurs termes survenant à la moitié de celui du Gouverneur. Étant donné les délais de communication entre la Terre et la station, cette dernière est très largement autonome même si l’OSNU est censée exercer un contrôle régulier.

Le Gouverneur est choisi de la manière suivante : tous les 10 ans, l’OSNU transmet à la station une liste de candidats potentiels, liste au sein de laquelle les Conseillers actuellement en poste doivent choisir à la majorité le nouveau Gouverneur.

Les Conseillers sont choisis de la manière suivante : 5 ans après le début de son mandat, le Gouverneur actuellement en poste reçoit autant de listes de candidats qu’il y a de Conseillers. Ces listes sont établies par le peuple grâce à la tenue d’élections où tous les résidents permanents peuvent se présenter. Le Gouverneur doit alors choisir un nouveau Conseiller par liste.

En théorie, le Gouverneur possède tous les pouvoirs. En pratique, il délègue la plupart de ses prérogatives à ses Conseillers, qui sont plus proches du terrain que lui. Son seul réel pouvoir est un droit de veto qu’il peut exercer à volonté et auquel rien ne peut être opposé : le seul moyen de passer outre son veto est de le faire démettre de ses fonctions par l’OSNU (cas qui ne s’est encore jamais présenté).

De facto, les Conseillers exercent les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire au sein de leurs districts, en respectant le socle commun établi par la CAM.

Quelles sont les fonctions principales de la station ?

Chaque fonction est notée de 1 à 7, 1 représentant une fonction primordiale et 7 une fonction anecdotique.

  • Diplomatique : 1. La station étant un point de passage obligatoire entre les Colonies et la Terre, elle héberge régulièrement des échanges diplomatiques entre les divers représentants des différentes puissances humaines.
  • Militaire : 5. La position extrêmement excentrée de la station par rapport à la Terre la protège de la plupart des exactions possibles. La garnison postée sur place (privée et appartenant à la corporation Legion Mars International) se compose de quelques bataillons de fantassins ainsi que d’une petite flotte de guerre dont les objectifs principaux sont la protection de la station et de l’entrée du trou de ver.
  • Commerciale : 3. La position stratégique de la station (d’un point de vue du transit des biens et des informations) lui permet d’être une plaque tournante du commerce.
  • Loisir/tourisme : 6. La station n’est pas du tout connue pour ses lieux culturels ou touristiques, même si cela commence à changer avec la reconversion en centre de loisirs du Zénith, le premier vaisseau à avoir traversé le trou de ver et à en être revenu. Ce bâtiment, en orbite fixe à quelques kilomètres de la station, renferme notamment le Moulin Bleu, un cabaret très prisé, ainsi que le Musée de la Colonisation.
  • Nœud de communication ou de transit : 1. Autant dire que la position de la station en fait un lieu de passage obligatoire pour toutes les marchandises qui vont ou reviennent des Colonies.
  • Scientifique : 3. Initialement, la station était un avant-poste scientifique. Aujourd’hui, bien qu’encore d’actualité, cette fonction est largement supplantée par les autres.
  • Lieu de vie ou de repos/urbanisme : 3. Même si elle n’avait pas été initialement conçue pour ce rôle, la station sert maintenant de lieu d’habitation à plus de 100 000 résidents permanents.
Legion Mars International, corporation de sécurité privée en charge de la protection de la station et de ses environs immédiats.
Quels sont les traits marquants de la station ?
Les éléments positifs

La nourriture ne manque pas sur la station. Elle est très variée en plus d’être de qualité grâce à ses serres hydroponiques et grâce aux mets exotiques en provenance des Colonies. Même les pauvres mangent à leur faim et peuvent prendre des douches quotidiennement : la proximité de nombreux astéroïdes de glace permet de récupérer de l’eau en abondance.

Au centre de la station se trouve un lac ainsi qu’une zone végétalisée. Cette zone permet d’alléger énormément les recycleurs d’airs mécaniques qui assurent le renouvellement de l’oxygène au quotidien.

Un cabaret très « select » et réputé, le Moulin Bleu, se trouve sur le vaisseau de colonisation Zénith, recyclé en centre de loisirs et ancré non loin de la station.

Les éléments négatifs

N’ayant pas été conçu pour servir de lieu d’habitation à autant de monde, la station s’est agrandie de manière anarchique et est très labyrinthique. Il est difficile de ne pas se perdre au-delà des lieux que l’on fréquente au quotidien. Le corolaire de ce point est une surpopulation chronique qui génère beaucoup de promiscuité : l’intimité est un concept très largement oublié sur la station.

De plus, certains secteurs ne sont accessibles qu’en passant par la surface de l’astéroïde qui sert de support à la station. Il faut alors soit utiliser les transports publiques lorsqu’il y en a, soit disposer d’un transport privé, soit enfiler un scaphandre et prier pour ne pas avoir de problème lors de la traversée.

Pour finir, par manque de place et à cause de son architecture anarchique, la station ne dispose pas d’un système performant de ramassage et de recyclage des déchets. La plupart des rues sont sales, jonchées d’ordures, et la plupart des déchets finissent par être rejetés dans l’espace, ce qui commence à poser des problèmes d’encombrement autour de la station.

Les éléments descriptifs des environs de la station

L’Erreur a engendré un cimetière d’épaves en orbite géostationnaire à quelques kilomètres de la station. Il s’agit d’un endroit que la culture populaire pense maudit, et rares sont les fous à oser se rendre sur place pour récupérer des matériaux.

L’entrée du premier trou de ver jamais découvert par l’humanité se situe à une demie UA de la station. Elle possède sa propre structure de contrôle, qui n’est guère qu’une grosse boîte de conserve au sein de laquelle se relaient quelques opérateurs. Leur rôle est de faciliter le transit des vaisseaux qui partent ou qui reviennent des Colonies.

Le Zénith, premier vaisseau ayant réussi à faire un aller-retour par le trou de ver, a été transformé en centre de loisirs ainsi qu’en Musée de la Colonisation. Il est arrimé non loin de la station et est desservi par un système régulier de navettes publiques (mais onéreuses).

Non loin de la station se trouve un autre astéroïde qui a été recouvert de grandes serres hydroponiques capables de produire une nourriture de qualité en grande quantité.

Les éléments historiques

Il y a 8 ans, en 2198, lors du changement de Gouverneur, une rébellion a tenté de prendre le contrôle de la station. Elle était menée par le peuple avec le support « anonyme » du crime organisé. Elle a échoué mais ses idéaux sont encore très prégnants au sein d’une partie non négligeable des résidents.

Il y a 25 ans, en 2181, le premier trou de ver jamais trouvé par l’humanité a été stabilisé et ouvert vers un autre système stellaire, ce qui a sonné le début de la Colonisation. Cette date a fixé un nouvel an 0, utilisé uniquement sur la station et sur les Colonies. La Terre et les autres stations du système solaire continuent à utiliser le calendrier traditionnel.

Il y a 70 ans, en 2136, une IA a détruit la première flotte de vaisseaux dont l’objectif était de bâtir la station (voir plus haut).

Les éléments culturels

Le Zénith, premier vaisseau ayant réussi à faire un aller-retour par le trou de ver, a été transformé en centre de loisirs ainsi qu’en Musée de la Colonisation, un lieu qui a pour vocation de centraliser l’ensemble de la jeune histoire de la Colonisation.

La plupart des religions de la Terre ont été importées, mais leurs dogmes ont été modifiés pour s’adapter aux récentes découvertes faites par l’humanité. De plus, une nouvelle religion (la Syntose) a récemment vu le jour. Créée par les premiers colons, elle prône la vénération du trou de ver en tant qu’entité divine et son nombre d’adeptes (qui s’appellent eux-mêmes les Syntosiens) va prochainement dépasser le nombre de ceux des autres religions.

L’anglais et l’espéranto 3.0 sont les langues officielles de la station et des Colonies. La monnaie officielle s’appelle le crédit d’Oort (abrégé en ort – se prononce « Ort-e ») et est indexée sur la valeur de l’antimatière. Cette monnaie est également utilisée par les Colonies, mais n’est pas reconnue par la Terre ni par le reste du système solaire. La principale banque de la station (Silver Alliance) est également la seule habilitée à changer des ort en dollars ou en euros.

Silver Alliance, la principale banque de la station.

La plupart des résidents de la station se passionnent pour un sport très violent, le Cyberblood, qui soulève les passions de la populace à chaque match. Il s’agit de combats d’arène opposant des humains contre des robots (ou contre d’autres humains selon les circonstances), où la mort des premiers est possible, voir même encouragée, selon les réactions du public.

Les éléments d’actualité

Des « scientifiques » ont réussi à synthétiser une nouvelle drogue (nommée l’Eau Prime – abrégée en H20′) à partir de l’eau issue des astéroïdes de glace locaux. Violemment euphorisante et relativement addictive (surtout d’un point de vue psychologique), elle commence à se répandre dans les coursives depuis un mois. Pour l’instant, il n’y a eu aucune réaction publique de la part des autorités à ce problème qui risque de devenir rapidement endémique.

La liste des candidats établie par l’OSNU pour le poste de Gouverneur (dont le mandat actuel arrivera à terme dans 2 ans) vient d’être rendue publique. Les intéressés ont commencé à faire campagne et les quelques candidats originaires de la Terre sont très certainement déjà dans des vaisseaux à haute vélocité en route vers la station.

Il y a quelques semaines, le Typhon, un vaisseau cargo en provenance des Colonies, est arrivé totalement vide. Le communiqué officiel a révélé qu’aucune trace de l’équipage n’a pu être trouvée à bord du bâtiment. Cet évènement fait parler dans toutes les couches sociales de la station, et la Syntose s’est empressée de prophétiser l’effondrement imminent du trou de ver, soi-disant à cause de la soif de colonisation humaine.

Récemment, le premier réseau social de la station (WakuWaku, édité par la corporation Shanadara) a relancé la mode des Pokémon, un vieux jeu basé sur la chasse et la domestication de monstres virtuels afin de les faire s’affronter dans des arènes tout aussi virtuelles. Le principal problème est que des hackers s’amusent à faire apparaître des Pokémons rares à l’extérieur de la station, ce qui n’est pas du tout prévu initialement par le jeu. Cela a déjà entraîné plusieurs accidents graves et/ou mortels parmi les jeunes « gamers », qui se mettent dans des situations très dangereuses pour capturer le monstre de leur rêve. Officiellement, Shanadara est en train de préparer une mise à jour permettant de sécuriser son jeu.

Shanadara, corporation spécialisé dans la production multimédia – télévision, cinéma, matrice. Fondateur du premier réseau social de la station : WakuWaku.
Quelles sont les personnalités les plus importantes de la station ?

Loopstar (nom de scène) : danseuse très connue du cabaret « le Moulin Bleu ». C’est la Britney Spears de l’espace.

Polo, dit « le Gros » : vieux de la vieille, dirigeant local de la corporation Legion Mars International et Conseiller Militaire. Il a réussi on ne sait comment à acheter le Zénith au Gouverneur, et l’a transformé pour en faire ce qu’il est aujourd’hui, à savoir un centre de loisirs à destination d’une clientèle aisée. Le Musée de la Colonisation, également situé sur le Zénith, reste quant à lui géré par l’administration de la station.

Pasquier, dit « le Chef » : meilleur cuistot de la station, patron et cuisinier de l’Aigle d’Argent, le restaurant gastronomique le mieux coté de cette extrémité du système solaire . Il est d’un physique très fin : certains diraient même qu’il est anémique.

Skopovitch : n’importe qui sait qu’il s’agit du meilleur technicien de la station. Il est capable de réparer tout et n’importe quoi pour une somme rondelette, et ce sans poser de question malvenue.

James Gordon, dit « le Saint » : chef de la police et Conseiller des Affaires Intérieures. Il s’agit d’un homme qui n’est parti de rien et qui s’est hissé à son poste grâce à son abnégation et à son sens du devoir. Le Saint est réputé incorruptible et fait tout ce qui est en son pouvoir pour que ses services puissent travailler en toute indépendance. Son cheval de bataille actuel est l’identification et la radiation (voir pire) des flics qui se la jouent « juge et bourreau » sur le terrain, une tendance qui, malheureusement, augmente de plus en plus de nos jours.

Jasper, dit « l’Anguille » : petit dealer dont le principal fait d’armes serait d’avoir rendu la recette de l’H2O’ publique. Nulle preuve officielle ne vient corroborer cette allégation, mais son nom circule de plus en plus dans les coursives parmi les adeptes et victimes de cette nouvelle drogue.

Forknope, dit « le Prophète » : dirigeant de la Syntose, dernier héritier d’une bonne famille, il habite près du lac central dans les logements réservés à la classe supérieure. Il prend son rôle très à cœur et anime une chaîne média où il proclame à qui veut l’entendre que le trou de ver lui parle et lui dicte des prophéties. Le Prophète est un homme très mystérieux que peu de personnes ont vu en chair et en os (il n’apparaît jamais directement à l’antenne), et la raison de sa conversion, survenue du jour au lendemain, n’est pas connue.

Jean-Paul Gaudin : Gouverneur de la station, a été affaibli par la rébellion avortée ayant eu lieu peu avant sa nomination. Sa faiblesse de caractère est connue de tous, mais personne n’oserait le lui dire en face. Sa dernière grosse bourde en date a été de vendre le Zénith à Polo plutôt que de l’avoir gardé dans le giron de l’administration.

Amara Macron : Conseillère de l’Habitat, femme pète-sec toujours tirée à quatre épingles, connue pour ne jamais sourire. Son mandat est particulièrement complexe étant donné les spécificités de la station.

Jessica, dite « la Louve » : directrice d’une association responsable de l’organisation des compétitions sportives, notamment celles du Cyberblood. Elle gère également les paris (de manière plus ou moins légale). Connue pour être une manipulatrice hors pair, elle est extrêmement charismatique et intelligente.

Moustachos (surnom) : chef du syndicat Travailleurs Unifiés (TU), majoritaire parmi les ouvriers. Sa moustache très bien entretenue est connue sur l’ensemble de la station et lui a valu son surnom. Moustachos est foncièrement honnête mais dérange fortement la plupart des corporations (ainsi que les nantis).

La vieille Madge : femme sans-abri à laquelle il est bien difficile de donner un âge. Elle a pour habitude de mendier à proximité du hall principal de l’astroport. Certains racontent qu’elle était déjà présente à la création de la station, mais il est difficile de croire qu’elle ait pu survivre aussi longtemps étant donné la vie qu’elle mène.

Maximus (surnom) : montagne de muscles et champion en titre de la ligue de Cyberblood depuis plus de 12 ans.

Professeur Cubert : scientifique ayant découvert les principes de stabilisation et d’utilisation du trou de ver. Il est très vieux, en théorie encore vivant mais il n’a pas été vu en public depuis longtemps.

Quelle est l’organisation de la loi et de la justice ?

Chaque district possède une cour de justice présidée par son Conseiller (ou la personne qu’il délègue pour cette tâche). En théorie, seule une cour de justice peut prononcer une peine à l’encontre d’un résident, qu’il soit permanent ou temporaire, mais en pratique, de plus en plus de flics se font juges et bourreaux et outrepassent leurs prérogatives sur le terrain. Même si certains chefs de service ferment les yeux sur ce comportement, le chef de la police en a fait son cheval de bataille : tout membre des forces de l’ordre surpris à outrepasser son rôle est immédiatement suspendu sans salaire jusqu’à un procès perdu d’avance.

Les peines prononcées par les cours de justice dépendent des offenses.

  1. Les offenses les moins graves sont les contraventions (actes de violence légère, de dégradation de biens publiques, etc.), qui sont sanctionnées par des amendes à régler immédiatement. Si une amende ne peut être payée, elle est généralement transformée en peine de TIG (travaux d’intérêt généraux).
  2. Après les contraventions viennent les délits (vol, abus de biens sociaux, discrimination, harcèlement moral, attouchements sexuels, homicide involontaire, etc.), plus graves, qui sont sanctionnés par une durée (entre 1 mois et plusieurs années) d’enrôlement de force sur une barge de minage carcérale.
  3. Pour finir, les offenses les plus graves sont les crimes (meurtre, viol, etc.), qui, lorsqu’ils sont caractérisés, sont systématiquement sanctionnées par un combat de Cyberblood. Il est rare qu’un condamné survive à ce combat, mais lorsque c’est le cas, il est réputé avoir payé sa dette à la société même s’il restera toujours sur les radars de la police.

Il existe un réseau de caméras au sein de la station, qui est loin de couvrir 100% de sa surface et qui, en plus, présente de nombreux défauts d’entretien. Par conséquent, certains districts ne sont pas du tout couvert par ce dispositif.

En cas de crise extrêmement grave, le Gouverneur peut décréter la loi martiale en donnant à l’armée corporative des pouvoirs élargis. La seule fois où cette possibilité a été utilisée a été lors de la révolte d’il y a 8 ans.

Les lois sont écrites, promulguées et exécutées par le Gouverneur et ses Conseillers. Ils ne peuvent en théorie pas outrepasser le socle commun de la CAM imposé par l’OSNU, notamment l’obligation faite à chaque résident permanent de se faire implanter une puce d’identification dès la naissance. Cette puce est également interfacée avec les nerfs optiques et auditifs afin de pouvoir diffuser les informations du réseau en réalité virtuelle.

Afin de lutter contre la surpopulation, un contrôle de natalité a été instauré il y 22 ans : chaque famille n’a droit qu’à un seul accouchement. Tous les enfants issus d’accouchements supplémentaires sont retirés à leurs parents dès leur naissance pour être éduqués par l’administration avant d’être envoyés sur les Colonies.

Quels sont les points forts du service de sécurité ? Ses droits particuliers ?

Les flics peuvent accéder à quasiment tous les lieux de la station dans l’exercice de leurs fonctions (à quelques exceptions près : laboratoires de haute sécurité, administration centrale, etc.). Ils sont les seuls à avoir le droit de porter des armes (24h/24) à l’exception des militaires corporatistes qui peuvent également porter des armes (uniquement pendant leurs heures de service).

Pour attirer plus de candidats, il a été décidé que les membres de la police pouvaient disposer d’un accès privilégié aux loisirs, échelonné selon le grade détenu : plus le grade est élevé et plus les loisirs sont subventionnés (cela s’applique également à leur famille directe).

De plus, ils disposent tous d’un logement payé. Les gradés bénéficient même d’un quartier qui leur est réservé alors que les autres peuvent résider n’importe où sur la station, leur loyer étant pris en charge par l’administration (dans une certaine limite qui dépend, une fois de plus, de leur grade).

Pour finir, la police dispose d’un intranet qui permet de centraliser et de distribuer ses données. Malheureusement, cet intranet ne fonctionne pas dans les districts les plus vétustes, par manque d’entretien et suite aux actes de dégradations récurrents perpétrés sur les antennes relais.

Quels sont les points faibles, les limites et les contraintes du service ?

Une des principales contraintes est constituée par la rivalité permanente entre l’armée corporative et la police. Au sein du Conseil, il est bien connu que James Gordon et Polo ne s’entendent pas, ce qui rejaillit sur le terrain.

La principale limite infligée aux flics est le système d’enregistrement activé en permanence que chacun d’entre eux porte, couplé à leur puce d’identification. Il est activé 24h/24, y compris en dehors des heures de service : à J+1, en fin de journée, les enregistrements qui correspondent aux heures hors-service du jour J sont automatiquement détruits. Cette obligation a été introduite officiellement afin de pouvoir disposer de preuves lorsqu’un flic est agressé, et ce quelle que soit l’heure de l’acte. Malgré tout, beaucoup d’uniformes pensent qu’il s’agit d’un flicage permanent de la part de la hiérarchie.

De plus, afin de montrer l’exemple, la plupart des policiers n’ont pas le droit d’avoir des enfants (à l’exception des gradés). Ils subissent obligatoirement une stérilisation chimique une fois par mois.

Quels sont les grades, les salaires et les prérogatives des membre de la force de sécurité ?
  1. Détective (1500 ort par mois) – grade initial des PJ. Simple enquêteur, parfois en uniforme, parfois en civil selon les cas et les services.
  2. Sergent (1700 ort par mois) – grade initial des PJ ayant choisi le talent Distingué. Enquêteur plus expérimenté ne disposant pas de prérogatives supérieures par rapport au grade précédent, hormis celles que l’expérience donne sur la bleusaille.
  3. Lieutenant (2000 ort par mois). Adjoint d’un capitaine.
  4. Capitaine (2500 ort par mois). Gestionnaire d’un service et adjoint d’un commissaire.
  5. Commissaire (5000 ort par mois). Gestionnaire d’une division et adjoint du chef.
  6. Chef (10000 ort par mois). Dirigeant des forces de police.

Le talent Fortuné procure un revenu supplémentaire légal de 500 ort par mois à chaque fois qu’il est choisi.

Quels sont les trains de vie et leurs coûts au sein de la station ?
  1. Basique – 700 ort par mois pour un flic, son loyer étant réglé par l’administration, 1200 ort pour les autres. Nourriture de base et appartement deux pièces.
  2. Dépensier – 2300 ort par mois pour un flic, une partie de son loyer étant réglé par l’administration, 3000 ort pour les autres. Nourriture diversifiée et appartement trois pièces.
  3. Extravagant – 5000 ort par mois pour un flic, une partie de son loyer étant réglé par l’administration, 6000 ort pour les autres. Nourriture exceptionnelle et appartement quatre pièces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.